Le Jeûne

Sounna.org

 

[210] Q : Pour qui est-il un devoir de jeûner le mois de Ramadan ?

R :        Le jeûne de Ramadan est un devoir pour tout musul­man responsable, capable de jeûner. Il n'est pas valide de la part d'une femme qui a ses règles et d'une femme qui a ses lochies et il leur est un devoir à toutes deux le rattrapage.

 

[211] Q : Enumère quelques excuses par lesquelles il est permis de ne pas jeûner.

R :        Il est permis de ne pas jeûner à un malade, à une femme enceinte et à une femme qui allaite, si le jeûne présente pour eux une difficulté qu'ils ne peuvent supporter. Le rattrapage leur est un devoir. Il est permis à une femme enceinte et à une femme qui allaite de ne pas jeûner si elles ont peur pour leurs enfants. Il leur est un devoir à toutes deux le rattrapage et la compensation (al-fidyah). Il est permis de ne pas jeûner pour le voyageur qui effectue un voyage permettant la réduction des prières, même si le jeûne ne présente pas de difficulté pour lui. Il est d'autre part permis de ne pas jeûner à celui qui n'en a pas la capacité, en raison de son grand âge ou de sa grave maladie, ou encore à cause d'une maladie dont on n'espère pas la guérison. La signification de la grave maladie, c'est le cas de la personne terrassée par la maladie de sorte qu'elle ne peut supporter le jeûne.

 

[212] Q : Est-ce un devoir de faire intervenir chaque nuit l'inten­tion de jeûner le jour qui vient et de préciser de quel jeûne il s'agit ? Et quand doit-on la faire ?

R :        Il est un devoir de faire intervenir pendant la nuit l'inten­tion de jeûner le jour qui vient et de préciser de quel jeûne il s'agit, pour chaque jour de Ramadan et ce, en faisant l'intention, entre le coucher du soleil et l'apparition de l'aube, de jeûner le jour qui vient de Ramadan.

 

[213] Q : De quoi est-il un devoir de s'abstenir pour celui qui jeûne ?

R :        Il est un devoir pour lui de s'abstenir du rapport sexuel, de la masturbation, de se faire vomir, de l'apostasie et d'introduire une substance à l'intérieur de son corps hormis sa propre salive, sans mélange, pure et restée à l'intérieur de la bouche.

 

[214] Q : Est-ce que vomir rompt le jeûne ?

R :        Si le vomissement a été plus fort que lui, son jeûne n'est pas rompu sauf s'il en ravale quelque chose ou s'il avale sa salive qui en est souillée sans que ce soit malgré lui. Toutefois, s'il a provoqué le vomissement en introduisant par exemple son doigt dans la bouche, certes il a rompu son jeûne.

 

[215] Q : Est-ce que la crise de folie et l'évanouissement durant la journée de Ramadan annulent le jeûne?

R :        S'il a été victime d'une crise de folie, ne serait-ce qu'un instant, son jeûne est invalidé et lorsqu'il a été victime d'évanouissement pendant toute la journée, son jeûne est invalidé. Mais s'il a dormi toute la journée, son jeûne n'est pas invalidé.

 

[216] Q : Quels sont les jours dont le jeûne n'est pas valable ?

R :        N'est pas valable et n'est pas permis le jeûne des deux Fêtes, des trois jours de at-tachriq qui sont les jours qui suivent celui de la Fête du sacrifice (^idou l-'ad-ha), également la deuxième moitié du mois de Cha^ban et le jour du doute, sauf si on le relie à un jeûne qui le précède ou si on le jeûne pour un rattrapage, un vœu (nadhr), une pratique habituelle (wird) par exemple l'habitude de jeûner le lundi et le jeudi ou une expiation (kaffarah).

 

[217] Q : Une personne qui a eu un rapport sexuel pendant une journée de Ramadan sans excuse, quel est son jugement ?

R :        Celui qui a invalidé le jeûne d'un jour de Ramadan par un rapport sexuel, délibérément, de son plein gré, connaissant le caractère interdit de cela comme celui qui n'était pas récemment entré en Islam ou qui n’a pas vécu dans une campagne éloignée des savants, en se rappelant qu'il est en train de jeûner, son jeûne est invalidé et il s'est chargé d'un grand péché, du rattrapage immédiat et de l'expiation (kaffarah). L'expiation consiste à affranchir un esclave musulman, sain de corps et d'esprit. S'il ne le peut pas, il jeûne deux mois consécutifs. S'il ne le peut pas, il nourrit soixante pauvres avec soixante moudd.